Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 00:49

71877081.jpgTu t'en vas, certaines sensations reviennent. En corps surtout, d'envie, un corps vivant cherchant le confort. Le réconfort. Tu quittes, il manque. Il manque et quand tu pars, c'est le degrés zéro de soi sous le rien, déjà. Tu es parti sans rien à me demander comme si je ne pouvais rien te donner, tu es parti comme si je ne voulais pas être là, comme si je n'avais rien à t'apporter. Mais tu n'es plus là, tu n'es pas là et je ne me souviens plus. La dernière fois, je sais précisément le geste, j'ai passé doucement ma main sur ton dos et. Tu me faisais mal en ayant mal. Tu me faisais mal parce que j'essayais de prendre de toi, de ta douleur, j'essayais quand même de te donner de la conscience de là déjà, où tu étais. Je ne t'ai rien dis d'inquiétant, et puis le faire, te dire que même si je ne venais pas souvent à toi, je t'aimais. Nous sommes loin par la génération de mon père mais déjà je sens la proximité du sentiment de perte. C'est en corps, de fait, le degrés zéro de soi, sous le rien, déjà. Et ça, je ne l'avais pas vu de ton vivant. Je n'ai pas su voir combien tu me manquerais si je te perdais. Je voulais voir la vie où tu m'indiquais le risque du non vivant, je n'ai pas vu, pas senti tes signes, trop absente de tes habitudes. Différentes des miennes. Une semaine que tu pars doucement du quotidien, du panorama des respirants alors que toi, certainement tu erres à mille mètres sous terre, si loin, en bas.

Je n'ai pas su arriver à temps. Tu n'as pas voulu attendre que je revienne te donner ces gestes doux que tu sentais comme une alerte à la faiblesse, trop grande, une alerte au mot lourd: fin. 

 

Il faut que tu saches que ta petite bonne femme est belle du haut de ses quatre vingt quatre ans. Il faut que tu saches qu'elle pleure en étant parfaite dans les pensées qu'elle te donne à chaque occasion de voir autres choses. Elle ne te quitte pas, elle est là où tu es, en étant avec nous, de corps. 

Je me surprends à des gestes hautement visibles, je me surprends à lui donner ces caresses de magnitude supérieure sans cacher, des tendresses qui jamais ne consoleront de t'avoir perdu mais qui demeurent là, pour lui dire qu'on a le droit de sourire et d'être ailleurs, avec toi, en même temps.

Elle a disparu, un peu. Crois tu que la douceur la ramènera à nous ? 

 

Tu m'as fais toucher la mort de près. A mes pieds. Juste à mes pieds, puis au coeur. L'insoutenable corps en-noiré, enfermé dans la boîte, dans l'église. L'Eglise, tu étais plus haut que ça encore, plus haut, plus grand. Plus toi. L'homme, dans tout ce qu'il a de plus irréparable, dans ce que l'église à de plus inconnu. Humain, homme au delà de tout. J'y suis entrée, pour toi. J'ai fais ce qu'on me demandait, pour toi, j'ai fais ce que tout le monde faisait. Parce que c'était ce que ta religion suggérait. J'ai pensée dans le silence pour que ni toi, ni ton dieu n'entendent. J'ai fais ça pour toi.

Et puis je ne me suis pas perdu non plus, ni avant, ni après. Je suis resté dans la vie minimale, sans doute parce que j'avais d'autre corps à soigner que le mien. Ton fils, mon père, lui déjà, qu'il a fallut pousser un peu. Et puis ta femme, ma grand mère, celle à qui tu as retiré tous ses repères. 

 

Il fallait que je pose les mots après une semaine d'absence. C'est fait. Tu es là, toujours, un alinéa capitale pour moi. Un alinéa. Capital.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hiền Nhi - dans Spirituel
commenter cet article

commentaires

Hiền Nhi 10/04/2010 08:03


Merci à vous trois.
Je vous embrasse fort.


captaine lili 07/04/2010 10:06


"je suis restée dans la vie minimale"... quelle phrase forte et vraie...


tendremanspice 06/04/2010 21:13


Vraiment extraordinaire la façon que tu as de décrire d'écrire ton âme.


Julius81 06/04/2010 20:42


Hello Jen... Merci pour ton petit commentaire... J'espère que tu auras plus de liberté pour écrire sur overblog...
Bises.
J.


Profil

  • Hiền Nhi.
  • Excessive.
  • Excessive.

Recherche

Archives

Catégories