Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 22:47

https://www.youtube.com/watch?v=U0OlRVifXLw

Il me demanderait comment je vais. Je répondrais par le blues.
Il me dirait que je suis une jeune femme merveilleuse.
Je sourirais.
Il n’est plus là.

Personne ne me le dira plus. Pas comme il me le disait. Plus comme ça.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 00:47

Une plaine en hiver et la terre nue.
Des kilomètres de vent. Tu as disparu.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 00:17

T.

T.

C'est dur, cet appel de toi, à moi. C'est le défilé du souffle de l'hiver, de l'ombre.
L'immatériel.
Rien d'autre ne me vient, de plus réel, que nos souvenirs.
Rien, ici, ne te ressemble.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 18:06

Cher Dieu,

Si je t’écris cette lettre c’est parce que je doute. Ce matin, d’ici bas, nous t’avons envoyé un être cher à accueillir, tout là haut.

Mais je doute.
Dans le silence qui s’impose quand la fin sonne à votre porte, je me suis efforcée de lui dire combien je l’aimais. Combien je l’aime.
Mais, cher Dieu, j’ai peur de ne pas lui avoir assez dit combien il m’était précieux. J’ai peur qu’il n’ait pas assez su.
Je tremble face au doute.

Alors, si tu le croise, dis le lui, toi.
Dis-lui combien je souffre de l’avoir perdu. Dis-lui que je me sens foutue dans ce monde où règne son absence.

Dis-lui que je me sens déchirée et que je ne parviens pas, pour le moment, à le laisser partir. Mais que je promets, en revanche, d’essayer d’avancer.
Dis-lui que je l’aime, surtout; qu’il aura réussit à rendre ma vie plus belle; qu’il aura réussit son pari. Il aura laissé en moi une confiance en l’amour et un sourire débile face à l’absurde de cette vie. Dis lui que j’ai quelque chose de lui, en moi.

Dis-lui tout ce que tu sais de moi, de là-haut et que je ne peux exprimer avec des mots. Dis-lui l’indicible, les secrets de nous tous, tout en bas.
Dis-lui tout. Dis-lui qu’on l’aimera toujours.

Dis-lui l’amour.
Dis-lui tout ça.

Sa Jen.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 16:58
To become a mother...

Quel homme fera de moi, une maman ?

Est-il là, déjà ? Tardera t'il, encore ?

J'ai le désir à mes pieds, qui me tiens. J'ai les tripes, qui me déchirent.

Et les vautours volent au dessus de mon ventre, mort.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 12:55
Il m'enivre.

Il m'enivre. Il sait chez moi, l'ivresse.
Il vient, encore, chercher les choses d'avant. J'ai peur; je souris. Haletante, je transpire. Une sueur froide, un peu d'ivresse, un peu d'hiver, un peu d'effroi.
​Il sait chez moi, l'envol. Les ailes me brûlent. Il sait, le saut de l'ange. La folie.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 20:47

Comment dit-on à un homme qu’on aime : "J’ai peur de toi ?"
Comment lui dire ? Vraiment, comment ?

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 15:33

J’ai les yeux rouge grenat. C’est le sel de la peine, qui pique. J’ai des tombeaux sur les cernes. L’insomnie et la douleur sont des soeurs. Elles s’ennuient sur mon coeur, de forces jumelles, elles dégorgent. Et je me noie.
Je suis triste, rouge grenat.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 21:07

J’ai obtenu un emploi de supermarché. J’ai récupéré un homme que je ne suis plus certaine d’aimer.
J’attends le jour où j’obtiendrai du meilleur, un cadeau. Je m’habite, je regarde le monde se torde et tendre vers demain. Inconscients.

Mon quotidien, c’est ça. Contempler le monde, tous ces chiens. Et aimer, folle, le médiocre de l’amour. Et l’homme. Peut être.
Inconsciente. Chienne, comme les autres.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 00:35
Yeux noirs-khôl.

J’ai les yeux noirs, khôl. La force de te pleurer, encore. Là, où la minute me semble éternité.
Allongée sur le fil de l’absence. Vivre seule est une agonie.
J’ai le ventre vide de l’enfant que tu portes dans tes bras. J’ai les yeux noirs-khôl; je ne suis pas maman. Et de ton passage, je suis le néant.

Published by Hiền Nhi.
commenter cet article

Profil

  • Hiền Nhi.
  • Excessive.
  • Excessive.

Recherche

Catégories